12 - Étude Généalogique : 1450-1650 : Les Seigneurs de La Vieille-Court, Au Mesnil-Angot

5a) Nicolas

Ecuyer, seigneur de la Vieille-Court. Fils aîné de Tristan Fortescu. Il épousa demoiselle Anne Beaugendre (147).

En 1505 et 1512, il était déjà qualifié seigneur de la Vieille-Court (148) :
"L'an mil cinq cens et douze, le iiij jour de novembre a Saint Lo, le noble homme Nicholas Fortescu, seigneur de la Vieille Court, plege Maistre Robert Tostain, aiant le droit a titre de fermage de la sergeanterie du Hommet, pour le temps et terme de trois ans comples commenchants a la Saint Michel derraine passe recours, de bien et deuement exercier la dite sergeanterie durant le dit temps de trois ans, et de faire bons et loyaux records et exploitz touchant le dit office, moiennant et par my ce que le dit Maistre Robert a ce present en promist acqueitier et deliverer le dit Fortescu de tout ce que luy en pourront estre demande, et garder et obligier biens et heritages. Tesmoings Lo Davy et Hermen Furet".

Nicolas Fortescu aimait beaucoup les procès. En 1521, il en soutenait trois, soit au bailliage, soit aux assises de Carentan, indépendamment d'un quatrième qu'il soutenait au Parlement à Rouen.
Le 2 mai 1521, il était procureur de Yves et Richard, ses frères, dans un procès contre Raoul Poullette, qui l'approchait aux poursuites par lui exercées contre Jacquet Le Duc pour "excès et meffais de corps et rescousse de Namps (biens saisis)".
Le 29 juin 1521, il plaidait contre "les Ministres et couvent de la Perigne".
Enfin, le 24 septembre 1521, il lui était enjoint d'avoir à produire contre le seigneur de Tribehou sur l'appel par lui fait contre Pierre Amelot, prévôt de ladite seigneurie (149).
Il mourut avant le 23 septembre 1522, car à cette date, sa veuve était en justice au bailliage de Carentan.


5b) Pierre

Dans un acte du 5 mai 1522, Pierre Fortescu était dit frère de Nicolas. Dans deux actes du 7 mai et du 26 juin 1523, exercés au bailliage de Carentan, il prenait le titre d'héritier de Nicolas, à propos d'un procès soutenu contre Richard Regnault (150).
Nicolas mourut sans enfants. Pierre étant son héritier, prit, lui et ses descendants le titre de seigneur de la Vieille-Court.
Paris et d'Aligre donnent une généalogie différente :

Tristan Tristan (151)
I
Nicolas
I I
Jacques Pierre
I I
Nicolas Nicolas



Nous n'avons pu trancher entre ces deux hypothèses, faute de documentation suffisante.

D'un mariage inconnu, Pierre Fortescu aurait eu un fils :



6) Nicolas

Ecuyer, sieur de la Vieille-Court. D'après Chamillart, il épousa demoiselle Catherine Cadot en 1563 (152). Il demeurait au Mesnil-Angot, ainsi que nous l'apprend un contrat passé à St-Lô le 15 février 1567 (153).
Le 15 août 1581, il était témoin au contrat de mariage de Jacques de Fortescu, écuyer, sieur de Langlet, et de Jeanne Clérel de Rampan.
Le 1er juillet 1593, il obtenait de François de Fortescu, du Mesnil-Angot, la remise, par suite de clameur seigneuriale, du clos des Champs, et réunissait cette pièce de terre au domaine non fieffé (150).
Il vivait encore en 1595 et mourut avant 1599. De son mariage, il eut un fils, François (suivra en 7).



7) François

Ecuyer, sieur de Morfleur en 1581, puis sieur de la Vieille-Court à la mort de son père. Reconnu noble par Roissy, "veu ses tiltres". Il épousa demoiselle Avoye Le Peinteur en 1585 (154). Dès 1593, François de Fortescu était l'époux de demoiselle Marguerite Basire, fille et seule héritière de feu noble homme Jean Basire, écuyer, sieur du Mesnil-Véneron en sa partie, de Silly (terres situées au Mesnil-Véneron et à St-Jean-de-Daye) et de Maubec (à Montmartin et à St-Michel-de-Graignes).

En effet, le 4 novembre 1593, François de Fortescu, écuyer, sieur de Morfleur et demoiselle Marguerite Basire, son épouse, vendaient à noble homme Jean d'Auxais, seigneur et patron du Mesnil-Véneron, "les fiefs, terres et sieuries de Silly et du Mesnil-Véneron, qui consistent, à scavoir ladite terre de Silly en ung plain fief de haultbert et ledit fief du Mesnil-Véneron, en un quart de fief et consistent aussy en gaiges-pleiges, courts et usages, domainnes fieffez, hommes et hommages (...), et fut ce faict moyennant le prix et somme de deux mil escus pour principal et la somme de cent escus de vin (...)". La vente fut ratifiée le 28 janvier 1594 (155).

Le mariage fut-il annulé ? Toujours est-il que dès 1605, Marguerite Basire était l'épouse de Pierre Surget :
"Mandement pour Pierre Surget, sieur de Monseaulx, monnayer en la Monnaie de St-Lô, époux de Marguerite Basire, fille Jean, sieur du Mesnil-Véneron, Maubec et Silly, laquelle Marguerite eut pour tuteur Jean d'Auxais, sieur du Mesnil-Véneron en partie, qui dilapida le bien de sa pupille et voulait la faire marier à François de Fortescu, homme de peu de moyens, au service et à la dévotion dudit tuteur" (bel exemple de clientélisme entre nobles !) (156).

De ces deux mariages, François de Fortescu eut plusieurs enfants :
- Nicolas, l'aîné (suivra en 8a).
- Michel (suivra en 8b).
- Rachel, qui épousa le 28 avril 1617, au Mesnil-Angot, Guillaume de Fortescu, écuyer, sieur de Langlet.
- Charles (suivra en 8c).
- Jacques, mort en bas-âge (157). En fait, c'est peut-être lui qui fut écuyer, sieur de la Bucaille, dont héritera Jean-Nicolas de Fortescu, écuyer, sieur de Beauregard.
- Olivier, mort en bas-âge.

François de Fortescu mourut le 16 mars 1618 au Mesnil-Angot (158).



8a) Nicolas

Ecuyer, sieur de la Vieille-Court. Mineur lors de la recherche de Roissy en 1598. Il épousa en premières noces (avant 1625), demoiselle Madeleine Le Mennicier (159), fille de Michel Le Mennicier, sieur de Martigny, lieutenant général civil et criminel du bailliage du Cotentin à St-Lô, et de demoiselle Marie Davy du Perron, tante du Cardinal Jacques Davy du Perron. Les Le Mennicier étaient anoblis de fraîche date (en mars 1579). De ce mariage sont issus :

- Michel, né vers 1624, sieur de Fortescu (suivra en 9a).
- Léonor, né vers 1625, sieur de la Chesnée (suivra en 9b).
- Jacqueline, née vers 1627, épouse de Pierre Delamaison (160), de la paroisse du Mesnil-Angot. Elle mourut de maladie et fut inhumée le 31 janvier 1703 dans la nef de l'église du Mesnil-Angot, "à la place des parens des sieurs de Fortécu, vis-à-vis l'autel de Notre-Dame, contre la muraille" (161).

Madeleine Le Mennicier fut inhumée le 17 décembre 1630 au Mesnil-Angot. Peu après, Nicolas de Fortescu eut une fille naturelle nommée Marguerite (née vers 1631), qui épousa Michel Ruault. Elle fut inhumée le 26 novembre 1670, dans le cimetière du Mesnil-Angot (161).

Nicolas épousa en secondes noces, demoiselle Anne Le Jay (162). Il en eut :
- Gabrielle, épouse de honorable homme Antoine Cauvin, sieur de la Chesnée, fils de Gilles Cauvin, sieur des Mares et de défunte demoiselle Françoise Guéroult, de la paroisse de Rampan (163). La future apportait 850 livres, dont 700 livres de dot et 150 livres de don mobil. Michel et Léonor de Fortescu, ses frères, "ont promis deux habits de nopces selon sa condition". Le contrat de mariage fut passé en présence de Jean Nicolas de Fortescu, écuyer, sieur de Beauregard, et Jean de Fortescu, écuyer, sieur de Launey.
- Tanneguy, né vers 1639, sieur du Taillis (suivra en 9c).
- Anne Marie ?, marraine en 1666 à Alleaume, de Louise de Fortescu, fille de Tanneguy.

Le 30 octobre 1605, Nicolas était témoin au mariage de Mathieu Mignot et d'Anne Bréard, célébré dans l'église du Mesnil-Angot (164). Effet de clientélisme ? Toujours est-il que les Fortescu furent souvent témoins aux cérémonies religieuses concernant les Mignot.

Le 19 janvier 1632, vente de nombreuses pièces de terre situées à Valcanville, par Jean d'Aigremont, écuyer, sieur de Valcanville et de la Ruaudière, à Nicolas Fortescu, en présence de Michel Fortescu, écuyer, sieur de Beauregard (165). Pièce assez longue, contenant la description des terres et les nombreuses clauses du contrat.

Le 22 février 1636, devant les tabellions pour le siège du Val-de-Saire, en la portion de St-Pierre-Eglise et Valcanville, Louis Durant, de Valcanville, vendit à Nicolas Fortescu, une pièce de terre située à Valcanville, pour le prix de 300 livres de principal (165).

Le rôle de la noblesse de 1640 le disait riche de 2000 livres tournois de rente (166). Dès le 29 mai 1643, Nicolas était en séparation de biens avec sa femme (sans doute à cause du mauvais état de ses affaires) (164).

Il mourut le 15 juillet 1648 au Mesnil-Angot (164). Anne Le Jay, devenue veuve, épousa Robert Le Roy, écuyer, sieur du Campgrain.
Aucun de ses fils ne releva le titre de seigneur de la Vieille-Court, qui disparut par suite de dépiècement de fief ou passa à un acquéreur inconnu.



8b) Michel

Ecuyer, sieur de Beauregard. Cité lors de la recherche de Roissy. Riche de 600 livres tournois de rente (167). D'un mariage inconnu, il laissa un fils :

*Jean-Nicolas
Ecuyer, sieur de Beauregard. Né vers 1643, il épousa demoiselle Anne alias Jeanne Myffant (168). De ce mariage sont issus :
- Pierre, baptisé le 3 mars 1669 au Mesnil-Angot. Nommé par Pierre Myffant, écuyer, sieur de la Bigne, et Barbe, son épouse.
- Marguerite, fille et seule héritière dudit Jean-Nicolas de Fortescu, épousa par contrat de mariage déposé le 7 mars 1693 (169), Jean-Alexandre de la Couldre, écuyer, fils de Thomas de la Couldre, écuyer, sieur de la Bretonnière et de demoiselle Laurence Le Conte, de la paroisse de Marchésieux.

Le 19 février 1666, Jean-Nicolas de Fortescu, héritier de feu Jacques de Fortescu, écuyer, sieur de la Bucaille (son oncle ?), vendait à Louis Thomas, écuyer, sieur de la Tournerie, demeurant à Ecoqueneauville, la moitié d'une pièce de terre en herbage, nommée la Gloriette, d'une contenance de 62 vergées, ladite terre située à Ecoqueneauville. Cette vente fut faite par le prix et somme de 2500 livres, dont Louis Thomas a payé 4OO livres en argent comptant (170).



Le 24 avril 1667, Jean-Nicolas de Fortescu, écuyer, demeurant au Mesnil-Angot et Michel de Fortescu, écuyer, sieur de Fortescu, demeurant au Dézert, constituèrent 100 livres de rente hypothèque aux Religieuses de la Congrégation Notre-Dame à Carentan (171).

Jean-Nicolas mourut sans doute en 1685.



8c) Charles

Ecuyer, sieur de Launey. Né le 9 juillet 1602 au Mesnil-Angot (172). Chamillart le confond avec François de Fortescu, écuyer, sieur de Launey (qui n'existe certainement pas). Charles épousa demoiselle Suzanne de Cyresme, fille de Pierre de Cyresme, écuyer, et de demoiselle Marie Frollet (173). Ils eurent :
- Anne, épousa vers 1660, Nicolas Potier, de la paroisse du Mesnil-Véneron (174). Elle mourut peut-être le 2 juin 1700 au Dézert.
- Suzanne, née vers 1642. Elle épousa Damien Mignot, le 13 novembre 1668 au Mesnil-Angot (175). Elle fut inhumée le 12 février 1672 dans l'église du lieu.

Les héritiers de Charles de Fortescu, Louis Mignot fils Blaisot, Damien Mignot et Gilles Vaultier, devaient 4 boisseaux d'avoine de rente foncière au prieuré de la Perrine, en 1678 (176).
- Avoye, née vers 1644. Célibataire, elle mourut de maladie et fut inhumée le 4 septembre 1704, dans la nef de l'église du Mesnil-Angot, devant l'autel de la vierge.
- Gillette, épousa Jacques Le Canu, de la paroisse de Graignes, le 23 février 1672 (177).
- Jean Ecuyer, sieur de Launey. Il épousa demoiselle Jeanne Delamare (178), fille de Jacques Delamare, écuyer, sieur de la Londe Surville. Ils ne semblent pas avoir eu d'enfants. Elle mourut le 31 janvier 1687 et fut inhumée le 1er février dans la nef de l'église, sous le clocher (177).

Jean de Fortescu eut un fils naturel nommé Jean Thomasse, avec Thomasse Le Compte. L'enfant fut baptisé le 13 mars 1689 et fut inhumé le 5 mai 1690 (177).



Le 27 avril 1667, il vendait 8 livres 6 sous 8 deniers de rente à Pierre de Méhérenc, écuyer, sieur de la Conseillère, demeurant à la Cambe (179).
Il est mentionné au Mesnil-Angot, dans une liste des nobles de l'élection de St-Lô, de la fin du XVIIe siècle (180).

Espace
Espace